Débat de l’actu : La réforme de l’assurance chômage

FRANCOIS-CORTADE-FRANCE-BLEU NORD POLE EMPLOI LILLE

FRANCOIS-CORTADE-FRANCE-BLEU NORD POLE EMPLOI LILLE

Envisagée comme l’une des mesures phare du quinquennat d’Emmanuel Macron, la réforme de l’assurance aura bien lieu en dépit de la crise sanitaire. Un texte assoupli par le gouvernement qui pourtant ne satisfait pas les syndicats.
Les auditeurs ont réagi à la suite du « Téléphone sonne » ce 2 mars

Je connais dans mon entourage une personne qui a choisi de travailler 6 mois sur 12. Bon salaire durant la saison d’été et ensuite il touche le chômage. Je ne trouve pas normal ce mode de fonctionnement. L’assurance chômage avec les cotisations lorsque on travaille ne sont-elles pas là aussi pour la collectivité ? Ce mode de fonctionnement semble dire « je consomme  » ce que je cotise. ..

Les secteurs de l’événementiel, le tourisme et la culture sont incompatibles avec les CDI !
Nous enchainons des CDD de qqes heures à qqes jours, ce type de contrat fait partie de notre ADN.
Nous sommes les intermittents « hors spectacle » : guides-conférenciers, accompagnateurs de voyage, régisseurs logistique, hôtesse sur des salons et congrès… Nous avions notre propre Annexe de l’assurance chômage spécifique à nos métiers (l’annexe 4), elle a été supprimée… pourquoi ?
Les intermittents du spectacle (nos cousins) ont leurs propres annexes (8 et 10) qui les protège.
Fédération des Métiers Intermittents Tourisme Événementiel Culture

Cas des contractuels de la fonction publique
A vous écouter, je me questionne sérieusement sur l’approche vertueuse recherchée lorsque l’on considère que la reforme récente de la fonction publique tend à précariser les agents … quid des ATSEM, des chargés de mission en contrat de projet …

Les contrats courts ne doivent pas exister, car il n’y a pas de loyer court ou de frais électricité courts ou de nourriture courts….soyons logiques

Est-ce que le service public qui utilise voire abuse de contrats courts vont aussi être inclus dans cette réforme ?

Les réformes successives de l’assurance chômage ont toujours pour but de favoriser les employeurs de manière à ce qu’ils puissent plus facilement baisser les salaires et faire du chantage à l’emploi. Je travaille depuis 36 ans, d’abord comme intermittente du spectacle, puis en contrats courts au régime général. En 20 ans, j’ai perdu 1500 € nets par mois en euros constants tout en travaillant autant. La raison ? La baisse des indemnités Pôle Emploi et la non-indexation de mes salaires sur l’inflation, donc leur baisse.