Débat de l’actu : les Zones à Faible Emission (ZFE)

D’ici décembre 2024, les agglomérations de plus de 150 000 habitants deviendront des Zones à Faible Emission (ZFE) dans lesquelles le trafic des véhicules les plus polluants sera limité. Le Téléphone sonne du vendredi 4 novembre était consacré à cette future réglementation. Des auditeurs réagissent :

Quand il est question de pollution, j’entends parler des voitures, des SUV, etc.., mais jamais je n’entends parler des poids lourds ! Et pourtant ils sont très très nombreux. Lorsque j’emprunte l’A36 entre Belfort et Besançon, les poids lourds sont pratiquement plus nombreux que les voitures et comme c’est un parcours très accidenté, beaucoup de côtes, imaginez la pollution ! Pourquoi ne pas passer rapidement les camions à l’hydrogène ?

Je suis surpris que l’on aborde le problème de la qualité de l’air que sous l’angle de la réduction du nombre de véhicules, voire leur performance en matière d’émission.
Pourquoi ne se pose-t-on pas la question de l’organisation même des zones urbaines, qui oblige nombre d’employés à rentrer dans des zones de forte concentration de personnes souvent pour aller s’asseoir derrière un bureau et travailler au téléphone ou via des téléréunions.
Ne serait-il pas plus intelligent de délocaliser hors des grandes métropoles les grandes administrations de l’Etat (Bercy ou l’ENA par exemple…) ou le siège des grandes sociétés (voir la Défense) pour réduire les concentrations de personnes ? Moins de gens auront besoin d’entrer dans les grandes métropoles, moins il y aura de trafic, donc moins de bouchons et de pollution.

Vigneron, je me sens particulièrement concerné par la mise en œuvre des réglementations ZFE. Notre domaine viticole est certifié bio par conviction. Cependant nous roulons au diesel faute d’alternative. Chaque année, comme mes confrères, nous parcourons des dizaines de milliers de kilomètres en fourgons, en traversant la France pour participer à des salons des vins dans toutes les grandes villes françaises où sont mises en place les ZFE. Et également pour livrer nous-mêmes nos clients. Or il n’existe sur le marché aucun fourgon répondant aux règles CRITAIR 1. Nous roulons tous dans des fourgons diesel qui au mieux disposent d’une vignette CRITAIR 2 OU 3… Et bien entendu l’autonomie des véhicules électriques alternatifs ne disposent en aucun cas de l’autonomie correspondant à nos activités.
Sans solution je m’apprête donc à rouler en infraction et à payer l’amende forfaitaire de 68€ par infraction. Concrètement, est ce que je cours le risque d’être pénalisé plusieurs fois dans la même journée ?

ZFE ? Quelle hypocrisie ! Faire des contrôles sur des véhicules ? Les pauvres paieront et les riches auront leur voiture électrique !! Qu’on prenne les décisions qui s’imposent :
Intermodalité voiture – transport en commun
Gratuité des transports en commun pour les habitants des agglos. Pour le moment, on ne voit qu’une nouvelle taxe sur la voiture, rien d’autre….

Les gens qui roulent dans de vieilles voitures sont de deux sortes : soit des bricoleurs qui retapent eux-mêmes leur bagnole et peut-être que ceux-là accepteraient une aide pour acheter une voiture d’occasion moins polluante, soit des retraités qui roulent moins de 1500 km par an dans un tacot qui, par rapport à une voiture moderne, pollue davantage au km mais pollue moins à l’année. Ne pourrait-on pas tenir compte du kilométrage parcouru par ces gens ?

Et hop ! Charrue avant les bœufs !! Au moment où les services de la RATP se dégradent, instaurer des ZFE avant d’améliorer l’offre de transports en commun, c’est ubuesque…

A-t-on estimé le nombre de véhicules du parc automobile français qui sont à changer avant la mise en place des ZFE pour pouvoir circuler dans les ZFE ? L’industrie a- t-elle la capacité de production ?

Cette mesure est totalement démagogique. On interdit les voitures des pauvres en centre-ville pour protéger les bobos ! Mais on laisse des milliers voire des millions de camions polluer les pauvres sur les autoroutes ou voies rapides. Exemple La Francilienne, A86. En ville on fait comment pour déménager, aller à l’hôpital… Sans parler des bateaux de croisières XXL, des avions… De la poudre aux yeux, pas de vraies mesures. Rien pour les pauvres.