#11 Les anglicismes

anglicismes ©JulietteFayollet

Dans le traitement de la guerre en Ukraine vous utilisez majoritairement l’anglicisme « no fly zone », que ce soit sur le site ou à l’antenne. Vous n’êtes pas sans savoir que nous avons une expression en français pour désigner la même chose : zone d’exclusion aérienne. Pourquoi ne pas utiliser ?

L’adjectif « confusant » inventé par l’animatrice de votre émission est la transcription directe de l’anglais « confusing ». En français on dit que quelque chose « prête à confusion ». Les fautes de français sur vos antennes deviennent une habitude.

Il serait bon que tous vos animateurs, journalistes, chroniqueurs etc… arrêtent d’utiliser des mots et expressions en anglais, que sûrement la moitié des auditeurs ne comprend pas, comme le « carpet bombing » entendu aujourd’hui !! Les mots existent en français. De plus, compte tenu du niveau général catastrophique d’anglais dans notre pays, cela leur éviterait de massacrer davantage cette langue qu’ils sont incapables de prononcer correctement.

“Tiny house“ on peut dire la même chose en français, ce qui permet d’être compréhensif par tout le monde ! = petites maisons sur roues

Merci de rappeler à vos journalistes qu’ils travaillent sur une radio de service public qui s’appelle FRANCE inter au sein de Radio FRANCE et que, par conséquent, le français est la langue d’utilisation. Assez, assez, assez de ce cafouillage linguistique permanent avec des mots d’anglais (soi-disant intraduisibles, mais alors que veulent ils dire ?) de ce « pitch », de ces « teasing » à longueurs de phrases. Je veux écouter la radio qui me parle dans ma langue. Ou alors je mets la BBC.

J’ai décidé de vous écrire parce que ce serait bien de parler un peu plus le français. Beaucoup trop de gens utilisent des anglicismes, compris seulement par les gens qui parlent l’anglais (exemples : superfail, gap, translation, radical chic,outcast comme j’ai entendu récemment). Je suis désolée mais votre radio n’est pas faite pour tout le monde, c’est dommage, elle fait vraiment la différence.

Nous sommes nombreux (et de plus en plus) à écouter France Culture avec plaisir… Mais pourquoi votre matinalier sans doute le meilleur animateur des matinales, se laisse-t-il aller aux facilités du franglais. Encore aujourd’hui avec une rubrique sur la « Culture Style ». C’est bien dommage ! Et cela contrevient à la Loi Toubon qui, au siècle dernier, interdisait aux entreprises du service public d’utiliser des mots étrangers.

J’aime beaucoup votre émission, vous y défendez l’authenticité et donnez de belles recettes et de bonnes adresses. Mais qu’est-ce qui vous arrive ? Vous donnez dans l’anglicisme inutile maintenant ? Le « sourcing » ! Franchement !

Pour votre présentateur du journal, il est « question de timing ». Horaire et temporalité devraient suffire. Nous protestons mais nos protestations ne sont pas suivies d’effets. Pouvez-vous me dire, s’il vous plaît, quelles mesures vous prenez ou comptez prendre pour que nos journalistes de service public effectuent le travail de défense de la langue pour lequel nous les payons ? À ce stade de dégradation sur toutes les chaînes il me semble qu’avertissements puis blâmes puis mises à pieds temporaires et retenues sur salaire devraient maintenant être envisagées. Notre culture, notre vie, notre âme se jouent là.

Je viens d’entendre à l’instant une journaliste évoquant les tromperies diffusées à propos de la guerre en Ukraine, en utilisant à moult reprises le mot « Fake ».
Pourriez-vous de toute urgence défendre la pratique du français sur vos antennes, en évitant de diffuser ces termes Anglais qui ont un équivalent en Français ?

Fidèle auditeur cela fait plusieurs mois que je dois vous contacter pour dénoncer l’usage excessif que vous faites de l’anglais.
Ce jour j’ai entendu « market place » au lieu de marché plus court. On parle depuis quelques jours de « cold case » traduit lors de sa première utilisation puis continuellement repris en anglais dans le journal.
Vous avez récemment fait des efforts pour décentrer votre regard depuis la province, mais votre responsabilité linguistique est engagée également. La langue que vous utilisez est ensuite largement reprise. Dans la radio publique « France Inter » il y a le mot « France » et la langue de notre pays est le français.
Je serais un auditeur fidèle et heureux si une véritable inflexion linguistique était mise en œuvre évitant la marginalisation de ceux qui ne maîtrisent pas l’anglais. Marginalisation linguistique qui est aussi sociale.

Bravo pour le sujet, mais merci de nous traduire en français « patern » et « fake news »

J’aime beaucoup votre chaîne, je l’écoute souvent. Il y a cependant quelque chose qui me dérange profondément. L’utilisation des anglicismes. Je remarque l’utilisation du terme  »Podcast » par certains animateurs. En français c’est baladodiffusion, ou on peut dire une  »balado ». Merci de passer le message à vos animateurs pour que les termes français soient utilisés.