#11 Langue Française

Il est fréquent d’entendre sur votre radio qu’une femme « s’est fait violer ou agresser ». Une victime ne demande pas à être violée, elle est violée. Pourquoi ne pas dire « une femme a été violée » ?

Votre journaliste utilise l’expression « les prochaines vingt minutes ». Ce calque de l’anglais « the next twenty minutes » se propage insidieusement depuis des années du fait des négligences répétées de celles et ceux qui tiennent les micros. Continuons à parler français, disons « les vingt prochaines minutes », « les cinq prochains jours », etc. Merci.

Ça fait bien longtemps que je souhaite vous faire part de mon agacement viscérale. J’entends vos invités scientifiques de haut niveau ou autres dire “Un espèce de climat”, “un espèce de bois”, “un espèce d’outils” !!
Cette suprématie et volonté d’englober tout au masculin.
Je ne vais pas chez le fleuriste pour lui acheter “Une bouquet de fleurs”, ni “une genre de plantes”, chez le boulanger “une style de baguette”. Etc etc. Donc si à l’entrée de la maison de radio France vous pouviez mettre une énorme banderole afin que ces messieurs apprennent à bien causer le français. Sinon beaucoup de journalistes connaissent la technique de la relance!!
Je ne les entends pas utiliser cet outil de communication.
J’écoute votre radio toute la journée.
Ça me bouffe les oreilles à chaque fois.

Auditrice inconditionnelle, je remarque depuis un certain temps une erreur de grammaire récurrente. Que cette faute soit commise par des invités ou des personnes interviewées, soit, mais lorsqu’il s’agit de mes présentateurs préférés, cela me chagrine plus ! Il s’agit des accords de conjugaison : « une quarantaine de patrons ont dit que … » , « un tiers des militaires ont déjà … » , « une dizaine ont été repérées … » . Sans parler de « la gente féminine » entendue le 10/03. Je suis enseignante mais je ne suis pas hyper-conservatrice de la langue, mais bien que je sois consciente que mes élèves de collège ne vous écoutent pas (à mon grand regret), il me semble indispensable que les médias soient irréprochables afin que la langue française ne soit pas trop malmenée ! J’adresse de chaleureux remerciements à toutes les équipes pour la qualité de leurs programmes.

Je ne comprends pas pourquoi depuis quelques temps les journalistes prononcent le mot “genre” :  » joore »… depuis quand le phonème en se prononce oo ! Du pur parisianisme… 

Pourriez-vous s’il vous plaît prononcer correctement le nom du grand quotidien britannique le Guardian ? C’est « ga », pas « goua ». De nombreux journalistes français, croyant bien faire et s’imitant les uns les autres, prononcent comme vous le « u », or il est muet ! Tout comme dans le mot « guard » (= un garde, ou garder,  en français), d’ailleurs. Merci d’améliorer ce détail!

Je me permets de vous informer que beaucoup font une petite erreur de prononciation concernant le titre anglais The Guardian auquel il est souvent fait référence et font souffrir les oreilles de l’angliciste que je suis : croyant bien faire chacun y va de son « gouardian », or les anglophones prononcent plus simplement « guârdian »; de même, guard se prononce « guârd » (pour plus de précision de référer à un dico). Voilà, voilà, faites passer!

En tant que sujet de sa majesté Queen Elisabeth mes oreilles saignent quand vous faites référence a l’excellent journal The Guardian : il faut prononcer « gardiane » et non « gouardiane ». L’empire tout entier vous en sera reconnaissant ! 

Pas forcément aujourd’hui, mais j’entends très très souvent « les infirmièrEs, les aide-soignantEs » : de vos invités je peux le comprendre, des journalistes et chroniqueurs non.

Serait-il possible de faire passer le message à vos journalistes pour qu’ils arrêtent de parler de charges sociales ! Ce sont des cotisations sociales… Pour notre système de protection sociale par répartition.

Auriez-vous l’amabilité de signaler à votre journaliste que dénoter signifier « révéler » ou « manifester » et non pas « faire tache » qui est exprimé par détonner. http://www.academie-francaise.fr/denoter-pour-detonner Sur votre antenne, ça fait mal aux oreilles (et ça questionne sur les écoles de journalisme…). 

J’ai entendu hier le journaliste présentant celle qu’il allait interviewer dire : « … maîtresse de conférence ». Pas de règle encore fixe à ce sujet. Voici une suggestion : une proposition pour une règle de féminisation des noms de métiers et fonctions : Si le nom se termine par un -e : pas de changement : le gendarme/la gendarme (et pas la gendarmette !) ; le maire/la maire (la mairesse, c’est la femme du maire), le dentiste/la dentiste, etc., donc la maître de conférence (la maîtresse c’est autre chose) ; Pour les noms se terminant par une consonne: ajout d’un -e: le chef/la cheffe Donc, pour les noms en -eur, féminin en -eure : on a toujours dit le prieur/la prieure, donc le professeur/la professeure, le docteur/la docteure, le facteur/la facteure (et non la factrice) ; Exception : les noms commençant par une voyelle, car l’élision de l’article ne permet pas de distinguer le masculin du féminin : l’instituteur/l’institutrice, l’animateur/l’animatrice, donc en toute logique l’auteur/l’autrice. Mais il y a peut-être des cas spéciaux à envisager… Qu’en penser ?

Vous avez oublié un des anglicismes les plus horripilants auxquels nous sommes quotidiennement exposés, celui de ‘dévasté’ qu’on n’utilise plus pour désigner un lieu après le passage d’une tempête ou un pays en guerre, mais un état d’accablement. On aimerait que les intervenants nous épargnent ce genre de niaiseries qui témoignent d’un panurgisme inquiétant et qui sont le signe d’une certaine vulgarité d’esprit, mais ce n’est hélas pas le cas, témoin ce ‘loose loose’ (je reproduis fidèlement l’orthographe telle que je l’ai lue ici même).

Le mot acronyme est de plus en plus utilisé sur les antennes, dont la vôtre, et à tort. L’acronyme est un sigle qui se prononce comme un mot (FNAC, Ovni). AC/DC n’est pas un acronyme, pas plus qu’OMD, ni REM.

Je n’en peux plus d’entendre toujours la même faute de grammaire sur toutes les ondes mais d’autant plus choquante sur France Culture, à savoir l’accord du participe passé avec avoir quand le complément direct est placé avant. Ex. Les lignes que j’ai écrit au lieu de écrites. Cette faute est souvent faite par des gens dits « érudits », c’est insupportable.

Madame, Monsieur, je souhaite vous faire part de quelques remarques qui pourraient, selon moi, être utilement et facilement corrigées : – pourquoi la forme interrogative est-elle peu utilisée par les journalistes de France Culture pour poser des questions ? France Culture ne devrait-elle pas être particulièrement attentive au respect de la langue ? – les indicatifs et intermèdes musicaux font peu appel à la musique classique ou aux chansons françaises (j’entends : avec des paroles, compréhensibles, en français) : ne serait-il pas possible de rééquilibrer un peu vos choix en la matière car, par moment, j’ai vraiment l’impression de subir une agression sonore en vous écoutant (il m’arrive de couper, uniquement à cause du bruit subi)? Les émissions de Finkielkraut ou Jeanneney du samedi matin, par exemple, sont précédées d’un indicatif ressenti comme accueillant et incitant à l’ouverture de l‘esprit ; – si les émissions artistiques, littéraires et autres sont bien votre cœur de domaine, les émissions sociétales (peut-on dire cela pour les émissions qui s’intéressent au fonctionnement de la société ?) le sont peut-être moins ; en grand nombre aux heures de grande écoute, elles font appel à un nombre important de sociologues et de « politistes » (en ces temps de pandémie, même les médecins ou les économistes interrogés comme « experts », et parfois certains artistes, se noient trop souvent dans la sociologie ou la politique plutôt que d’admettre tout simplement que leurs connaissances évoluent tous les jours ou que leurs certitudes restent limitées), qui nous noient sous des arguments aussi divers que péremptoires: on comprend que nos universités en produisent des bataillons considérables, disponibles sans préavis sur le marché, mais ne serait-il pas possible de donner une place plus importante aux sciences (dites dures), ce qui aurait pour avantage de diversifier votre offre, et, peut-être, d’attirer des jeunes vers des domaines où le pays manque cruellement de cerveaux, ne serait-ce que pour réaliser la transition écologique? Après tout, l’appartenance au service public pourrait justifier une baisse du taux d’écoute au prix d’une baisse du « bavardage dans l’air du temps »?

En l’espace de 2 minutes ce matin, votre journaliste a réussi à placer « sérum » et « cluster ». Qui pourrait lui apprendre qu’on dit « vaccin » et « foyer (de contamination) » ? ou à défaut lui tirer les oreilles, une bonne fois pour toutes ? 

J’ai noté que le français est tellement plus riche pour exprimer un sentiment alors qu’en anglais, « sorry » couvre aussi bien un verre cassé qu’une très mauvaise nouvelle. 

Quelles que soient les informations, est-il possible d’utiliser la langue française et non des expressions anglaises qui deviennent de plus en plus nombreuses ?

A longueur de journées, les journalistes des radios écorchent notre langue et mes oreilles, et colportent cette erreur de prononciation. OUI, il faut faire les liaisons !!! Comme on dirait deux z’élèves ou trois z’éléphants, on se doit de prononcer dix z’euros, trois cents z’euros, etc.
Merci de revoir cette règle élémentaire de la langue française, et surtout de la diffuser énergiquement à toutes celles et tous ceux qui, derrière leurs micros, propagent cette façon infantile de parler…

Cela fait des semaines que vos journalistes disent « sérum », visiblement pour éviter la répétition du mot « vaccin ».
Malheureusement ce n’est pas pareil, et il faut dire « vaccin » car c’est bien d’un vaccin dont vous parlez.
Un sérum, c’est un médicament contenant des anticorps qui combattent un pathogène, on l’utilise pour soigner un patient déjà malade, et historiquement on l’extrait du sang d’un patient convalescent, d’où le nom. Un vaccin, c’est différent, c’est un médicament qui provoque une réaction du système immunitaire : il ne combat pas directement le pathogène mais apprend au système immunitaire à le faire lui-même. Il y a des sérums à l’essai pour traiter les cas graves de Covid, mais ce dont on parle ici c’est de vaccins.

Je viens vous faire part d’un problème que je rencontre sur France Inter et d’autres médias. De plus en plus sont utilisés des mots qui viennent de l’anglais ou d’un vocabulaire technique, et que je ne comprends pas même si je devine un peu par association : punch line, Story telling, Le male gaze, xxxx.2 ou zzzz.3, Plugging, tabloïd….
Bien sûr, je me renseigne, je cherche mais c’est heurtant de ne pas comprendre. Je voulais proposer en référence à Alain Rey que j’ai écouté avec bonheur et que je lis encore sur son dictionnaire historique de la langue française : pourriez-vous proposer une petite chronique de quelques minutes chaque jour sur un de ces mots, sur l’histoire de ces mots qui en éclairerait le sens. Pour vous ils sont familiers mais pas pour vos auditeurs et faut-il toujours faire appel à l’anglais, même si j’en conviens parfois des mots d’une autre langue sont plus précis, c’est le cas pour moi du mot « sécure »…