#17 L’attaque terroriste dans le commissariat de Rambouillet

Commentant l’assassinat de l’employée du commissariat de Rambouillet, une des journalistes, insistant sur le fait de ne pas faire de lien automatique entre immigration et criminalité, a cru bon d’ajouter « le Tunisien soupçonné d’assassinat… » Vraiment, soupçonné ? Cette façon indirecte de minimiser l’incident est proprement intolérable et va à l’encontre de sa démonstration. Je pense aussi à la famille de la victime. 

Je tiens à exprimer mon indignation vis à vis de votre radio qui parle ce matin d’une  » attaque au couteau » quelle désinformation ! Il s’agit d’un meurtre d’une fonctionnaire de police et non d’une attaque, et de coups à la gorge mode opératoire classique des terroristes islamistes. Il me semble que la 1 ère règle d’une chaîne nationale est d’être factuelle et non de minimiser la réalité. 

Je trouve que d’avoir traité en titre les événements à Jérusalem et Joe Biden avant cet assassinat en France comme un fait divers est un manque de considération de l’importance de ce qui s’est passé en France. L’International a toute sa place mais je suis sûr que les autres pays auraient privilégiés leur actualité en premier. 

Une fois de plus me voilà contraint de signaler à votre rédaction les manquements à l’information que nous sommes en droit d’attendre. En effet, dans le compte rendu de l’attaque au couteau du commissariat de Rambouillet, vous ne dites jamais qu’il s’agit de terrorisme islamiste. – Un témoin cité par l’AFP indique que l’assaillant a crié « Allah Akbar! » avant de frapper la victime. – Le journaliste du Point, Aziz Zemouri, précise même que l’assaillant est un ressortissant tunisien âgé de 36 ans. Votre rédaction  sans doute la tête toujours à Minneapolis ou trop préoccupée par le sort de Navalny, n’a pas eu le temps d’approfondir ce sujet qui contredit l’idéologie Bisounours. Est-il normal que je doive m’informer en lisant ; entre autres, la presse russe (RT France!) https://francais.rt.com/france/85946-attaque-couteau-contre-fonctionnaire-police-rambouillet pour savoir ce qu’il se passe réellement dans mon propre pays (émeutes nocturnes à Aubenas, à Tourcoing, attaque islamiste à Rambouillet) ? Alors Radio France, un Service Public d’Information…incomplète ? Vérité et idéologie ne vont décidément pas ensemble ! 

Fidèle auditrice de France Inter, et de Radio France en général, je me permets (mon mari se joignant à moi), de penser que certains commentaires, certaines paroles, ne sont guère appropriés dans le contexte actuel, par rapport à des évènements comme celui de Rambouillet. Dire comme la journaliste (excusez-moi auprès d’elle, je n’ai pas entendu son nom), lors de son Point Info, parlant de celui qui a tué cette policière, que l’on a trouvé dans son sac : un tapis de prière et un Coran !! Est-ce intéressant ? Avec ce que nous entendons à droite et à gauche autour de nous, dans des campagnes, où il n’y a pas un musulman, les commentaires tournent vite à l’intolérance, et surtout à l’assimilation d’effectivement « graine de terroriste », et l’on peut comprendre qu’il n’est pas possible de porter l’opprobre sur tous, pour une brebis galeuse, pour des fous. « Vous vous rendez compte, dans son sac il avait….. » Je précise, nous ne sommes pas musulmans, ni de loin, ni de près. Mais ces quelques mots sans grand intérêt nous ont heurtés, à tort ou à raison. 

Avant de répéter inlassablement les erreurs des autres, notamment celles de l’AFP, relisez-vous bon sang ! La pauvre femme assassinée hier à Rambouillet n’était justement pas fonctionnaire de police, mais simple agent administratif sans uniforme, sans gilet pare-balles, sans arme, sans formation policière. C’est important d’être précis lorsqu’il s’agit d’une affaire aussi grave. Tout au long de la journée vous répétez la même erreur.

Fidèle auditrice, je me permets de vous manifester ma surprise : est-ce normal et respectueux de parler de cette fonctionnaire de police assassinée juste par son prénom ? Stéphanie… Cela me choque mais peut-être à tort. Quelle est votre justification ? Pourquoi cette intimité avec la victime ?