#41 Dominique Reynié et Pascal Blanchard : le débat du Grand entretien de France Inter

Merci pour ce début de débat que j’attendais depuis longtemps, car « le bloc » identitaire me devenait insupportable. Ceux qui pensent pouvoir s’enfermer dans des territoires réservés et zones culturelles exclusives non seulement se trompent, mais encore s’engagent au regard de l’Évolution à plus ou moins long terme vers la dégénérescence puis leur disparition. La vie n’est possible, riche et intéressante que de mes contacts avec la différence des autres et mon identité varie constamment en fonction de ces contacts. Les médias ne font qu’amplifier le phénomène Zemmour et Cie. Il est grand temps qu’ils relaient les opinions contraires, ce que vous venez de commencer ce matin !! Continuez, s’il vous plaît ! Sans parler de l’effet délétère des sondagiers !

Reynié et Blanchard,
Quelle qualité du débat et des propos !
Encore, on les veut encore !

Enfin un espace de débat respectueux et apaisé !
Ça fait beaucoup de bien à écouter !
Merci à vous et belle journée.

J’aimerais préciser quelque chose suite au débat entendu ce matin à la place du grand entretien.
Je sais que la part de marché de certaines chaînes d’info ou de certaines émissions laissant la part belle à Eric Zemmour ne peut pas être ignorée par un média comme le vôtre.
Je sais que votre émission ne peut pas passer à côté de sondages ridicules, qui, soit dit en passant, devraient être interdits tant que tous les candidats ne sont pas officiellement désignés.
Cependant, je ne m’informe que par le service public et par une presse écrite qui me paraît sérieuse et le plus indépendant possible.
Je commence à en avoir marre d’entendre parler d’Eric Zemmour tous les jours alors que je n’ai plus jamais, depuis que je l’ai entendu dans ses débuts chez Ruquier, regardé une émission où il était invité. C’est vous dire si j’ai boycotté Ruquier !
Il est très facile de se passer des discours nauséabonds, il suffit de zapper. Mais quand ces discours atteignent les médias les plus sérieux et ayant les contenus de la meilleure qualité possible, qu’ils l’envahissent tous les jours, même si c’est pour les dénoncer, même si c’est pour s’en moquer, même si c’est pour donner la parole à des contradicteurs, au mieux, ça nous confirme dans notre dégoût, au pire ça ébranle des pensées prêtes à désigner un bouc-émissaire à leurs misères, mais en tout cas, ça ne donne pas beaucoup d’espoir.
J’ai du mal à comprendre quand l’un des débatteurs dit qu’habituellement, la question de l’identité met 10 ans à monter, et que là on se l’est prise dans la face en peu de temps.
Ah bon ? Je me souviens, en 2006, militant contre le CPE, l’individualisme des gens auprès de qui on tractait et déroulait nos arguments. Je me souviens de la campagne présidentielle où tout d’un coup apparaissent les mots « identité nationale ». Moi qui suis une enfant de la république, qui ait appris à l’école que la déclaration des droits de l’homme existe depuis 1789 — même si elle a connu des cahots, qu’elle a été révisée après la seconde guerre mondiale — jeune adulte votant à une présidentielle pour la première fois en 2007, je tombe des nues. D’où sort cette idée d’identité une et unique de la France qui exclurait certains humains, alors que la première phrase de notre constitution fait appel à la déclaration des droits de l’homme et que l’article premier en reprend les mots ?
Dans ces années 2006-2007, Eric Zemmour sévissait déjà chez Ruquier, Sarkozy était déjà ministre et son action avait déjà aidé à délier les langues d’une droite bourgeoise qui a peur de perdre son confort et qui pense que la solution, c’est que la population française ne croisse que par elle-même. Exit les discours d’intégration avec lesquels j’avais grandi, on ne laisse même plus la chance aux étrangers de s’intégrer, on met les gens en masse dans les charters. Les Le Pen faisaient leur office depuis déjà bien longtemps dans une frange de la population un peu moins attachée à LA République.
Le débat nauséabond sur ce que serait un bon français n’est donc pas tombé du ciel pendant l’été 2021 quand les sondages ont commencé à demander aux gens s’ils souhaiteraient élire un raciste assumé.
Si la France doit avoir une seule identité, c’est celle d’une république la plus démocratique possible, dont les institutions et ses représentants respectent les mots emblématiques de sa constitution.
Je suis étonnée de n’entendre personne opposer les textes fondateurs de la république à la non confirmée candidature de ces femmes et hommes indignes de la république française.
Mais peut-être que tout le monde s’en fout de la république. C’est fou ce que beaucoup de gens qui se disent « républicains » sont loin des valeurs fondamentales.
Après 15 ans d’égarement sur cette question, 15 ans d’oubli de rappel des textes dont beaucoup de personnes qui ont une parole publique n’arrêtent pas de se réclamer tout en les poignardant dans le dos, j’espère que vous, journalistes, saurez trouver le moyen d’aider à rappeler chaque jour les vraies « valeurs » à défendre en ces temps de pré-campagne présidentielle avec un enjeu plus fort que jamais: liberté, égalité, fraternité, sans distinction d’origine, de race ou de religion, qui respecte toutes les croyances; ainsi que l’article premier de la déclaration universelle des droits de l’homme: « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ».
Ces textes sont étroitement liés et ne peuvent pas être opposés, ce serait un non-sens.

Pourquoi se focaliser sur “l’identité française” de certains candidats pour la présidentielle alors que leur seul sujet devrait être le vrai problème du futur de tous les pays : l’environnement ? L’orgueil de tous ces candidats nous écœure profondément…

Merci à vous, Mme Salamé et M. Demorand. Vous formez un tandem de rêve ; vous brillez, pétillez d’intelligence et de finesse. Vous constituez un véritable trésor. On veut vous écouter 24 heures sur 24 sans se lasser. Merci mille fois.

Génial !!! Vive le service public !!! C’est exactement ce que j’attends : être en prise avec la réalité des débats qui agitent la France en les éclairant par le haut !! Bravo !!

Je suis un peu heurté par les propos de Pascal Blanchard. Il a répondu aux propos de Dominique Reynié concernant les menaces, la vie recluse de Mila (celle qu’une grande partie de la gauche a abandonnée de manière abjecte) et les meutes sur internet et que répond notre historien ? “C’est la démocratie, ceux qui n’avaient pas la parole la prennent enfin”. C’est-à-dire ? Nous allons devoir donc subir les meutes religieuses menaçantes, les attaques d’extrême-droite et d’extrême-gauche car c’est le prix normal de la démocratie ? Étrange conception de la démocratie qui accepte de certains les pires exactions dans un jargon semblant échappé d’une université americaine woke. Le danger en France c’est la polarisation extrême et l’adoration identitaire de gauche et de droite !

Arrêtez de nous parler de l’identité et l’immigration, on a ras-le-bol ! ce ne sont pas les sujets qui intéressent les gens. Nous sommes tous responsables de ces surenchères, en les relayant d’une manière ou d’une autre…

Mais ça suffit avec l’identité française ! C’est la presse qui se focalise là-dessus, et après prétend que c’est ce qui intéresse tout le monde. Les hôpitaux, l’éducation, le massacre du service public, ça c’est grave.

J’ai écouté attentivement le débat sur les positions actuelles concernant l’immigration mais surtout sur les positions déclarées de Éric Zemmour. Il faudrait, juste rappeler, qu’une partie des ancêtres de monsieur Zemmour venaient de l’Europe à cause des persécutions qu’ils (elles) subissent et plus particulièrement à cause de l’inquisition et de la « reconquête » chrétienne en Andalousie. Ils ont, heureusement, trouvé terre d’accueil au Maghreb. Comme il le dit, 1000 ans ont passé avant de « choisir » de partir de leur terre natale. Ce qui n’enlève en rien aux problèmes que nous devons tous faire face pour améliorer la condition humaine quelle que soit l’origine (qui est finalement unique).

Trop d’importance donnée par les médias à l’extrême droite, à Zemmour et aux sondages, L’immigration n’est pas un problème, la pauvreté la précarité oui.

Pourquoi par souci d’objectivité ne pas avoir dit que M. Reynié avait été candidat Modem ?