#2 Alain Finkielkraut sur France Culture : soutien

Monsieur Finkielkraut, mon épouse et moi-même vous adressons tout notre soutien. Toutes nos pensées vont vers vous, nous comprenons le sentiment d’injustice et de colère qui doit vous étreindre en ce moment. Mais vous n’êtes pas seul ! Nous sommes tristes qu’une énième fois, une minorité active sur les réseaux sociaux parvienne à faire plier une chaîne, une université, un commerce une municipalité… Nous vivons dans cette ambiance crépusculaire et totalitaire, dans ce monde frileux qui se rebâtit sur les ruines de la déconstruction du précédent. Mais il sera assez rapidement balayé à son tour. Car il n’est pas solide, il n’a aucune racine, aucun ancrage, aucune aspiration spirituelle et évidemment aucun idéal. Nous nous régalons (nos enfants aussi) en écoutant Répliques, de votre humour, de votre finesse, de votre intelligence, de vos choix de sujets et d’invités. Nous habitons en Normandie et en ce moment nous allons courir en fin de journée et dans le pré qui laisse derrière lui apparaître le coucher du soleil sur le Mont Saint Michel, nous apercevons à quelques mètres de nous, trois vaches paisibles, placides… nous pensons à vous. 

Sandrine Treiner, directrice de France Culture vous répond :

Chères auditrices, chers auditeurs
Suite à la chronique d’Alain Finkielkraut sur LCI dans « 24 H Pujadas » et à la décision de la chaîne de télévision de mettre fin à sa collaboration, de nombreux auditeurs nous interpellent à propos de l’émission Répliques qu’il produit chaque samedi sur France Culture. Des voix se sont exprimées pour demander son éviction de notre antenne, d’autres pour souligner au contraire la nécessité de cette émission de débat d’idées et de culture dans le paysage médiatique français.
Les réponses faites par Alain Finkielkraut à David Pujadas sur l’antenne de LCI soulèvent des questions absolument légitimes. Elles ont été de plus déformées par les réseaux sociaux : la vidéo principale qui a tourné notamment sur Twitter a été découpée de sorte de ne pas intégrer la condamnation absolue, en ouverture de chronique, des agissements d’Olivier Duhamel, et des actes pédo-criminels en général.
Je comprends pleinement les indignations et les incompréhensions que les propos d’Alain Finkielkraut ont suscitées mais ayant visionné avec attention l’intégralité de la séquence, j’ai également entendu l’absence d’ambiguïté dans la condamnation. Il ne m’appartient pas de commenter à sa place son intervention, tenue hors France Culture et qui soulève plusieurs questions difficiles. Je renvoie nos auditeurs à son écoute in extenso. Ils pourront se faire leur avis par eux-mêmes.
Alain Finkielkraut produit Répliques depuis plus de trente ans sur France Culture. Adepte des sujets difficiles, parfois polémiques, mais toujours inscrits dans l’air du temps et discutés dans la société de façon générale, il anime un débat hebdomadaire contradictoire avec des penseurs, des chercheurs, des écrivains. Nombreux sont les auditeurs de Répliques, et beaucoup d’entre eux sont critiques des positions d’Alain Finkielkraut lui-même. C’est le succès de ce rendez-vous que d’être aussi écouté par des personnes qu’il énerve grandement, voire qui désapprouvent la présentation des sujets et le choix de certains invités. A ce titre, Répliques occupe une place très particulière dans l’espace culturel et radiophonique à un moment où, hystérisés par les réseaux sociaux, les sujets ardus peinent à trouver le calme et le temps nécessaire pour permettre à la pensée de s’exprimer, à l’oreille de bien entendre, et à chacun d’élaborer une opinion. Il va de soi que les agissements criminels, les propos passibles de qualification judiciaire ne relèvent pas de l’opinion.
Pour ma part, je m’assure qu’Alain Finkielkraut reste fidèle à la promesse de Répliques : l’engagement d’un débat public exigeant et pluraliste, à l’image de ce que nos auditeurs attendent de toute notre antenne.
Sandrine Treiner, directrice de France Culture

Alain Finkielkraut fait l’objet d’une agression éhontée et infondée par des êtres intolérants, stupides et qui ne cessent de déverser leur haine. Ils demandent la suppression d’une émission qu’ils n’écoutent jamais. Halte à ce terrorisme idéologique qui s’approprie la liberté d’expression et la refusent à tout autre. Répliques est une très bonne émission où l’animateur donne la parole à tous les points de vue. 

Je tenais à apporter mon soutien à Alain Finkielkraut après son éviction de la chaîne LCI qui n’a pas pu supporter plus de quelques mois la confrontation d’idées au sein de ses programmes. J’ai d’ailleurs écrit à la chaîne pour faire part de ma consternation. Le débat serait-il devenu à ce point insupportable ? Sommes-nous déjà aussi idiots que les bien-pensants (n’aimant pas penser) le voudraient, incapables de réfléchir y compris aux questions dérangeantes ? Est-il désormais acceptable de condamner sans juger ? Et, dans ce cas précis, souhaitons-nous réellement ajouter du tabou au tabou de l’inceste ? Je souhaite par ces quelques lignes rappeler l’attachement des auditeurs de France Culture au débat d’idées et notamment à la grande émission d’Alain Finkielkraut que nous sommes nombreux à attendre chaque semaine. La hauteur des débats qui s’y tiennent est exigeante, elle nous élève et nous pousse à toujours plus de rigueur. C’est bien là le rôle des intellectuels et les médias doivent faciliter cette démarche. C’est ainsi que la société progresse et non par le bâillon. Ne faites pas la même erreur ou les auditeurs déserteront. 

J’ai vu dans votre intervention sur LCI un effort pour ne pas hurler avec les loups mais pour penser en être humain, pour ne pas laisser la foule se livrer au lynchage mais pour se donner le temps de réfléchir, d’être juste. L’erreur de LCI est sans doute d’avoir laissé un philosophe s’exprimer à une heure de grande écoute avec un public qu’elle estime ne pas être ne mesure de confondre une critique des médias avec une bienveillance envers la pédophilie pour laquelle, pourtant, Alain Finkielkraut a souligné qu’il n’avait aucune complaisance. Je suis triste de ne plus avoir ce rdv avec l’intelligence et la culture. Reste Répliques. Merci à vous Alain Finkielkraut. 

Vous êtes victime de la « cancel culture » que vous dénoncez avec ténacité et pugnacité. Je ne regardais Lci que le lundi soir. J’espère que France culture ne mettra pas fin aux derniers espaces où la conversation et le débat pouvait encore survivre. Où pourra-t-on encore respirer. En empathie totale avec cette insulte à l’intelligence. 

Il est absolument faux qu’Alain Finkielkraut ait défendu Olivier Duhamel dans sa chronique de LCI. Alain Finkielkraut a dénoncé le procès purement à charge fait par la presse, ça n’a rien à voir avec un soutien, écoutez sa chronique (éliminée, me dit-on du site de la chaîne, incroyable régression de la liberté d’expression !) 

J’ai écouté souvent, et avec beaucoup d’intérêt, Répliques. D’autres habitudes ont fini par changer mon emploi du temps et par m’éloigner du programme de France Culture le samedi matin. Quel n’a pas été mon plaisir, alors, de « redécouvrir » l’émission tout dernièrement ! M. Finkielkraut, de la commune rurale où je dirige un musée, je tiens à vous témoigner toute ma gratitude et tout mon enthousiasme pour la profondeur de votre pensée, l’honnêteté intellectuelle dont vous faites preuve infailliblement, le respect et la bienveillance avec lesquels vous recevez vos invités ! Un immense merci à vous ! Puissiez-vous continuer à nous éclairer longtemps. 

Finkielkraut dérape, fait des erreurs, mais il reste un personnage indispensable par son érudition, son expérience, ses connaissances et sa pensée. Ses débats sont souvent passionnants. Ne cédez pas aux Torquemada du moment. Merci de continuer à diffuser Répliques ! 

Bonsoir Monsieur, Je vous écris pour vous soutenir au sujet de vos propos qui font polémiques sur l’affaire Duhamel et votre malheureuse éviction de LCI. Pour avoir été moi-même ’emmerdé’ (excusez du terme) par un homme de 50 ans lorsque j’avais 14 ans et m’être enfuis d’horreur, je suis pleinement d’accord avec vous sur le fait qu’un adolescent peut être ou non consentant, contrairement à ce que veut nous faire avaler notre société infantilisante. Mais mon propos vise surtout à vous dire que vos paroles lucides, éclairées et indépendantes sont un bonheur pour mon esprit. Bref, restez comme vous êtes et sachez qu’il y a en ce bas monde des gens qui vous aiment et vous soutiennent à 1000%