#14 Vote blanc et abstention

Le sujet de l’abstention tourne en boucle sur vos antennes. Pourquoi les médias ne posent-ils pas la vraie bonne question aux politiques qu’ils reçoivent puisqu’il existe une solution efficace pour lutter contre l‘abstention. Elle consiste en plusieurs mesures cumulatives :
Sur l’organisation :
– Rendre le vote obligatoire
– Comptabiliser les votes blancs comme suffrages exprimés et procéder à l’annulation du scrutin si le vote blanc est arrivé en tête, avec interdiction aux candidats de se représenter au nouveau scrutin.
Sur les modalités de l’élection même, contraindre les candidats à ne plus faire des promesses en l’air en :
– Soumettant au vote un programme assorti d’un échéancier : chaque proposition majeure définie par lui-même fait l’objet d’une date butoir de mise en œuvre.
– Dépôt des programmes au conseil d’état qui contrôle à la date anniversaire de l’élection, en cas de constat de non-réalisation, annulation du mandat en cours et organisation d’une nouvelle élection.
Ces quelques mesures élémentaires permettront d’éviter le sempiternel discours de l’élu au soir du second tour « Je serai le président de tous les Français » dans lequel il faut plutôt comprendre : même si j’ai été élu par 50 % de 70 % du corps électoral, maintenant, je vais faire ce que je veux pendant 5 ans et mes décisions s’appliqueront à tous.

Depuis février 2014, le vote blanc est comptabilisé, inscrit au procès-verbal. Il est donc disponible pour les medias.
Pour un média comme France Inter ne donne jamais ces chiffres aux soirs des élections ?
Ils ne sont pour l’instant pas comptabilisé comme des suffrages exprimé. C’est aux médias comme le vôtre de donner cette info aux citoyens.
Dans ma commune, nous avons eu 10% de vote(énorme), comptabilisé comme non exprimé !
C’est à vous, medias, de nous donner ces chiffres, pour remettre en perspective ceux qui se déplacent, et les votants qui reste chez eux

A quand la reconnaissance du vote blanc ? Aujourd’hui, il n’est pas considéré dans les résultats, or, voter blanc, c’est voter, à la différence de l’abstention.

Deux remarques :
1/ on parle d’abstention, jamais de vote blanc. C’est différent et 30% de vote blanc aboutirait peut-être enfin à le faire prendre en compte.
2/ Si les gens ont l’impression que les candidats disent tous la même chose, n’est-ce pas « UN PEU » du fait des MEDIA MAIN STREAM (dont Radio France fait hélas partie)., par les questions posées, souvent sans intérêt, standardisées, et les analyses assez concordantes, où on pense à la place des gens.
3/ Et, encore une fois, le rôle des SONDAGES est catastrophique ! puisqu’ils font l’élection, en grande partie) à) quoi bon voter ?

Je trouve insupportable cette mise en avant des électeurs qui choisissent de ne pas voter alors que je n’entends jamais interviewer des électeurs qui voteront dimanche.
Vous n’êtes pas les seuls en cause les journaux font de même !
Pourquoi ne pas mettre en avant les arguments de ceux qui considèrent que voter est important comme acte citoyen dans un pays qui reste encore une démocratie ?
Le risque est de légitimer le choix des abstentionnistes car le choix des médias dans les sujets traités influence beaucoup la perception des gens. Merci à vous sur la qualité des équipes et votre engagement !

A force de parler d’abstention, beaucoup de gens se disent : « puisqu’il paraît que tout le monde va s’abstenir, alors pas la peine que j’aille voter ».
Alors, arrêtez SVP

Moi, en tant que « jeune », j’entends votre auditeur qui disait tout à l’heure qu’on ne réalise jamais assez notre chance de pouvoir voter en démocratie, mais là quand de tels refus au débat public de la part des acteurs au pouvoir, on n’est vraiment pas aidé…

A écouter vos analyses il n’y a pas d’autre alternative que Macron Lepen au second tour…aveuglés par les sondages vous participez à bourrer le crâne de vos auditeurs qu’un autre résultat est impossible et par la même créez l’abstention…. affligeant .affligeant !

Pourquoi l’accent n’est-il pas mis sur le vote blanc ?
C’est un acte citoyen à l’opposé de l’abstention. Je ne comprends pas ce silence.

Tant que le vote blanc ne sera pas pris en compte, on sera dans l’absurdité que l’abstention est comptée et pas le vote blanc. Quand Chirac a été élu avec 80 % il s’en vantait alors que non, il ne représentait que 16% du 1er tour. Le système fait que le président peut être élu avec 2 voix si tout le monde s’abstient sauf 2 !!! Mais ce système arrange bien les politiques en place.

A force de marteler le taux d’abstention, les médias ne font qu’aggraver le phénomène en donnant bonne conscience aux hésitants.
Et en plus pourquoi penser que les abstentionnistes modifieraient le résultat ?

Voici mon pronostic :
Jamais l’abstention n’aura été aussi importante pour ce scrutin.
Les Français vont se voir voler l’élection et vont prendre leur revanche aux législatives. Il n’est pas impossible qu’une cohabitation voit le jour dès le début du mandat du président Macron s’il est reconduit.

1.N’est-ce pas cet acharnement des médias à donner les élections jouées d’avance, à répéter ad nauseam que le 2ème tour sera forcément entre tel et telle candidat qui décourage les électeurs ?
2.Même si je ne doute pas du risque que représente l’extrême droite, présenter Macron comme le seul candidat potentiellement en capacité de la battre, n’est-ce pas un moyen de fausser les résultats en créant et/ou amplifiant le phénomène de vote utile ?

Je voulais partager mon avis sur mon abstention au premier tour.
Je suis plutôt de gauche et écolo, mais je ne comprends pas pourquoi ils obstinent à se présenter chacun de leur côté et de n’avoir aucune chance pour le deuxième tour. Que je vote blanc ou que je ne présente pas au bureau de vote au premier tour ne change rien. C’est ma seule façon de montrer mon incompréhension à ce premier tour. J’irais voter au deuxième tour.
Merci et bon courage à vous.

Vous dites que les jeunes ne veulent pas voter, mais j’ai 2 enfants en études supérieures à plus de 8h de mon domicile et je ne peux pas avoir plus d’une procuration et ma femme n’étant pas là ce jour-là, j’ai sa procuration. Donc je ne suis pas d’accord avec vous, mes enfants veulent voter mais ils ne peuvent pas.